Archive pour juillet 2006

Castro Has Surgery, Delegating Power to Brother – New York Times

31 juillet 2006

Castro Has Surgery, Delegating Power to Brother – New York Times

Hum… Avec le pétrole trouvé au large de Cuba et maintenant l’hospitalisation de Castro, je me demande combien de temps avant que les USA annoncent qu’au fond l’embargo ne donne rien et qu’il faut réévaluer les relations avec Cuba.

Amir Paster

31 juillet 2006

Un résistant qui mérite nos encouragements (dont je parlais ICI)!

Je ne veux pas vous induire en erreur, mais d’après les informations que donnent les médias (à savoir qu’il s’agit d’un certain Amir Paster, 32 ans, étudiant diplômé de l’université de Tel Aviv) et le site de Yesh Gvul, je crois avoir trouvé l’adresse courriel de M. Paster a son département de l’université de Tel Aviv.

Visiter le site et, si comme moi, vous croyez qu’il s’agit du bon Amir Paster, envoyez-lui un mot d’encouragement. Il le mérite bien!

Je viens de recevoir une réponse automatique de sa boîte de courriel me disant qu’il n’est pas à son bureau pour l’instant…

I am out of office. I will read my mail once a week or so.
[...]
Amir.

Il semble qu’il y ait aussi moyen de lui écrire à sa cellule (bien que je ne suis pas bien sûr qu’il y sera encore par le temps que nos lettres lui parviennent).

Captain Amir Paster
Military Prison No. 6
Military Postal Code 01860, IDF
Israel

Amir Pasteur

Yesh Gvul!

31 juillet 2006

Alors que Olmert a déclaré unilatéralement qu’il n’y aurait pas de cessez-le-feu, alors que la Syrie a décidé de mobiliser[1] les troupes de son armée qui constitue la 15e force militaire au monde, alors que l’armée israélienne poursuit son offensive sur terre comme par les airs en ciblant même des convois humanitaire[2], certains Israéliens résistent!

Le Guardian nous apprend aujourd’hui que, pour la première fois depuis le début de la présente guerre entre Israël et la population civile libanaise, un soldat israélien, un capitaine de 32 ans, a été puni pour avoir refusé de participer la l’actuelle offensive. Amir Paster a ainsi été condamné à 28 jour de détention pour avoir refusé d’obtempérer.

Le Guardian écrit :

Mr Paster reported to his commander on Sunday and said he objected to the war. Within hours he was before a disciplinary hearing and given the maximum sentence

« He said this war is against his moral values, » said Ishai Menuchin, 48, a spokesman for Yesh Gvul[3] [je souligne], a group whose Hebrew name means « There is a limit ».

Mr Paster called the group on Sunday saying he did not want to serve and asking for advice. « It is very hard to go to your commander and tell them you’re not going, » said Mr Menuchin.

« He had to go to soldiers he has served with for 10 years and tell them. »[4]

Le Guardian ajoute qu’il y aurait au moins une dizaine d’autres soldats qui refuseraient de se battre.

François a écrit un très touchant billet au sujet de la force de l’éducation et de ce qui semble être son impuissance à arrêter le carnage. Ces Israéliens, qui ont sans doute appris malgré le système éducatif, montrent qu’il est toujours possible d’espérer, que quelque chose a dû bien se passer dans le parcours de ces soldats pour leur fourni les outils nécessaires pour résister! 28 jours de détention! Quelle aubaine! Voilà ce qu’il faut enseigner: le devoir de résistance!

À ce titre, les documents de Yesh Gvul sont éloquents. On peut entre autres y lire :

REFUSING TO CLOSE EYES

Our ‘temporary’ occupation of the territories has been going on now for nearly 40 years and the harsh repression of Palestinians in the territories continues under the guise of our disengagement from the Gaza Strip and the relative lull in the armed struggle. Millions of Palestinians in the occupied territories, unable to move from place to place, are subject to the caprice of the occupying army and ruthless settlers. In the West Bank there are now new generations of Palestinians who have never in their lifetimes experienced normal human rights or even a free day. War crimes continue to take place incessantly in the territories and Israeli settlements continue to expand.[5]

[MàJ] : suite.

Amir Pasteur

Notes

[1] « Syrian President Bashar al-Assad on Monday directed his country’s military to heighten its readiness, vowing to back Lebanese resistance against Israel, the state news agency SANA reported Monday. » (CNN)

[2] Rory McCarthy and Peter Beaumont, Air strikes shatter pause as Israel starts new ground assault, The Guardian, le 1er août 2006.

[3] il y a une version française, mais moins complète

[4] Rory McCarthy, Israeli jailed for refusing to fight in Lebanon, The Guardian, le 1er août 2006.

[5] Yesh Gvul, War Crimes, mai 2006.

What is Hizbollah?

31 juillet 2006

Juan Cole, What is Hizbollah?, le 31 juillet 2006.

L’humanité…

31 juillet 2006

Gilles a écrit un petit texte. J’aime.

Quelques remarques cependant. Si nous parlons d’Israël et du Liban, il ne s’agit pas des grands-pères de leurs grands-pères, mais biens souvent plus simplement de leur père (et maintenant, malheureusement, de leurs fils qui voient souffrir leurs frères et sœurs).

Et puis, pour ce qui est de la ligne, encore faut-il savoir où la mettre (à la frontière reconnue ou au Litani). De même pour les petits hommes bleus. On les met de quel côté de la ligne? Un no man’s land? Encore une fois, de quel côté de la ligne? Qui décidera?

Enfin. Bof.

NB : Je mets mes remarques ici because, je ne veux surtout pas briser le mood d’un si beau texte.

C’est Israël le vrai responsable

30 juillet 2006

Très belle lettre signée par plusieurs des plus grands penseurs de notre temps!

Je vous donne la version du Monde, mais il importe de savoir que plusieurs autres ont signé la lettre depuis. De même, vous trouverez la version originale sur le site Chomsky.info.

C’est Israël le vrai responsable

Le dernier épisode du conflit entre Israël et la Palestine s’est ouvert avec l’enlèvement à Gaza de deux civils, un médecin et son frère, par les forces israéliennes. Un incident mentionné nulle part, sauf dans la presse turque. Le lendemain, les Palestiniens capturèrent un soldat israélien, puis proposèrent d’en négocier l’échange contre un certain nombre de prisonniers palestiniens – ils sont environ 10 000 dans les prisons israéliennes.

Que l’ »enlèvement » d’un soldat israélien soit considéré comme un scandale alors que l’occupation militaire illégale de la Cisjordanie et l’appropriation systématique de ses ressources naturelles – en particulier de son eau – par les forces de défense (!) israéliennes sont acceptées comme un fait certes regrettable mais objectif : voilà qui est typique de la politique du deux poids, deux mesures que l’Occident pratique de façon systématique devant ce qu’endurent, depuis soixante-dix ans, les Palestiniens sur des terres qui leur ont été allouées par des accords internationaux.

Aujourd’hui, les scandales se répondent ; des missiles artisanaux croisent en plein vol des engins autrement sophistiqués. Ces derniers vont généralement atteindre leur objectif dans des zones où les plus déshérités s’entassent en attendant ce qu’on appelait autrefois la Justice. Les deux sortes de missiles déchiquettent les corps de façon tout aussi horrible – qui, hormis les chefs militaires, pourrait l’oublier un seul instant ?

Chaque provocation et contre-provocation est montée en épingle et donne lieu à des leçons de morale. Mais les débats qui en résultent, les accusations et les serments ne servent qu’à détourner l’attention du monde d’une pratique militaire, économique et géographique à long terme dont l’objectif politique n’est rien moins que la liquidation de la nation palestinienne.

Cela doit être dit à haute et intelligible voix car ladite pratique, seulement exprimée à demi-mot et souvent exécutée secrètement, progresse rapidement ces jours-ci, et c’est un devoir, à notre avis, que de lui résister et de la dénoncer sans cesse et toujours pour ce qu’elle est.

C’est Israël le vrai responsable, Le Monde, le 26 juillet 2006.

Signé par :

Tariq Ali
Russell Banks
John Berger
Noam Chomsky
Richard Falk
Eduardo Galeano
Charles Glass
Naomi Klein
W.J.T. Mitchell
Harold Pinter
Arundhati Roy
Jose Saramago
Giiuliana Sgrena
Gore Vidal
Howard Zinn

Pierre Vidal-Naquet (1930-2006)

30 juillet 2006

L’historien Pierre Vidal-Naquet est décédé dans la nuit de vendredi à samedi à l’âge de 76 ans, à l’hôpital de Nice, ont annoncé dimanche 30 juillet les éditions La Découverte.

Né le 23 juillet 1930 à Paris, cet intellectuel engagé se définissait lui-même comme un « historien militant ».

Il est intervenu dans la plupart des grands débats des dernières décennies. Dénonciateur de la torture durant la guerre d’Algérie, adversaire du pouvoir des colonels en Grèce, il multipliera pétitions, lettres à la presse, création de comités de soutien, intervenant sans relâche dans les principaux dossiers judiciaires et politiques.

Il sera aussi l’un des premiers à démonter les thèses des négationnistes, notamment dans ses ouvrages Assassins de la mémoire et Réflexions sur le génocide.

Décès de Pierre Vidal-Naquet, le 30 juillet 2006.

Historien engagé, il a milité contre la négationnisme, les guerre coloniales et pour les droits de l’homme.

Il y a un petit enrtetien des plus intéressants ICI. On peut entre autres y lire ceci au sujet de son rôle comme historien et citoyen :

Oui, l’historien doit prendre part à la vie de la cité. Vous savez, avant d’être déporté, mon père a été torturé par la Gestapo à Marseille. L’idée que les mêmes tortures puissent être infligées d’abord en Indochine et à Madagascar puis en Algérie par des officiers ou des policiers français m’a fait horreur. Mon action n’a pas d’autres sources que cette horreur absolue. En un sens, il s’agit de patriotisme. Quant à la guerre en Irak, oui, j’y suis absolument opposé. Je ne pense que du mal de Saddam Hussein, mais si on fait la guerre à l’Irak, on risque de déclencher une catastrophe mondiale (3). Et je tiens George Bush pour un fou dangereux, qui de plus bafoue la loi internationale.

Des enfants, encore des enfants.

30 juillet 2006

The bombing, the bloodiest single incident in Israel’s 18-day campaign against Hizbullah, drew instant condemnation from around the world and sparked furious protests outside the UN headquarters in Beirut. The Lebanese prime minister, Fouad Siniora, accused Israel of committing « war crimes » and called off a planned meeting with the US secretary of state, Condoleezza Rice. Israel apologised for the loss of life but said it had been responding to rockets fired from the village.

Mohamad Qassim Shalhoub, a slim 38-year-old construction worker, emerged with a broken hand and minor injuries, but he lost his wife, five children and 45 members of his extended family. « Around one o’clock we heard a big explosion, » he said. « I don’t remember anything after that, but when I opened my eyes I was lying on the floor and my head had hit the wall. There was silence. I didn’t hear anything for a while, but then heard some screams. »

« I said: ‘Allahu Akbar [God is great]. Don’t be scared. I will come.’ There was blood on my face. I wiped it and looked for my son but couldn’t find him. I took three children out – my four-year-old nephew, a girl and her sister. I went outside and screamed for help and three men came and went back inside. There was shelling everywhere. We heard the planes. I was so exhausted I could not go back inside again.

Ibrahim Shalhoub described how he and his cousin had set out to get help after the bombs hit. « It was dark and there was so much smoke. Nobody could do anything till dawn, » he said, his eyes still darting around nervously. « I couldn’t stop crying, we couldn’t help them. »

Said Rabab Yousif had her son on her knee when the first bomb fell.

« I couldn’t see anything for 10 minutes and then I saw my son sitting in my lap and covered with rubble, » she recalled. « I removed the dirt and the stones I freed him and handed him to the people who were inside rescuing us.

« I then started freeing myself, my hands were free, and then went with two men to rescue my husband. We pulled him from the rubble. I tried to find Zainab, my little daughter, but it was too dark and she was covered deep in rubble I was too scared that they might bomb us again so I just left her and ran outside. » She was in hospital with her son and husband, who was paralysed and in a coma. There was no news of her daughter.

Rescue workers were pulling bodies from the rubble all morning, and came across the smallest corpses last, many intact but with lungs crushed by the blast wave of the bombing.

« God is great, » a policeman muttered as the body of a young boy no older than 10 was carried away on a stretcher. The boy lay on his side, as if asleep, but for the fine dust that coated his body and the blood around his nose and ears.

‘They found them huddled together’, The Guardian, 30 juillet 2006.

Est-il possible de même imaginer vivre de tels événements? Comment pourrais-je même contempler survivre à la mort de 5 de mes enfants? Je suis fatigué… Mais c’est quoi cette merde où personne ne veut entrer? Et Harper qui prend ses vacances comme si des centaines d’enfants ne mourraient pas, comme si, de toute façon, il n’y pouvait rien! Et pourtant, il peut, il pourrait! Si seulement mes imbécils de compatriotes n’avaient pas élu un tel pantin comme premier ministre, peut-être que le Canada prendrait-il une place plus importante.

On me dirait ensuite que les élections ne changent pas la vie. Un premier ministre conservateur fait toute la différence. Il parle en mon nom, le salaud! Et pourtant je lui crie Ya Basta! Et pourtant, je lui crie que mon nom, je ne le veux associer avec aucun massacre!

En attendant, je fais ce que je peux… Devant chez moi, vole le drapeau du cèdre.

UN retreats from Lebanese border

28 juillet 2006

The United Nations today announced it was pulling more than 50 unarmed observers out from their posts along the Israeli-Lebanese border

UN retreats from Lebanese border

Hum… Est-ce à dire qu’il n’y aura plus aucun observateur étranger dans cette région tourmentée? Alors qu’il faut plus que jamais des témoins dans cette région, les plus crédibles sont forcés de quitter.

Nouvelle carte des bombardements

27 juillet 2006

Carte des bombardements israéliens entre les 12 et le 25 juillet 2006 (cliquez pour une version plus grande).


(via Updates on the aggression against lebanon)