Archive pour janvier 2007

Students as Producers of Knowledge: A Popular Education Workshop

24 janvier 2007

The idea that undergraduates are becoming less like ‘students’ and more like ‘consumers’ is becoming increasingly pervasive, particularly since students have been required to pay universities directly for their tuition.

Central to this consumer discourse are the changing demands students may make in relation to teaching provision, such as an expectation of more contact time, assessment focused teaching and the delivery of teaching ‘products’ such as handouts, lecture notes and web-based resources, while actually getting less for more.

Whilst some welcome the increased voice that ‘consumer power’ might give to students, a number of commentators point to the many ways in which such an approach to education can have negative effects on students’ experience of education as well as on the value or meaning of education itself. An alternative model of the student as ‘producer’ might offer some different ways in which to think about undergraduate education.

Students as Producers of Knowledge: A Popular Education Workshop

Putaing!

24 janvier 2007

Décidemment, nos cousins les Français ont une bonne longueur d’avance sur nous quant à la classe en politique. À voir ce beau sac de shopping Sarko, je me dis, on a tout à apprendre! La grande classe! S’il n’était pas 40 euros, je m’en paierais un pour le bureau! Faut avouer que ça vous les scie.

Et dire qu’un copain me disait justement que ce qu’il aimait de la politique canadienne, c’était son petit côté amateur :-D

Canada’s New Governement

20 janvier 2007

Depuis que Harper a décidé de changer l’image de marque du gouvernement canadien par un joyeux et fade «Canada’s New Governement», je me questionne souvent sur les implications d’un tel changement. D’abord, je vois difficilement la différence qu’un tel changement peut ultimement apporter dans ma qualité de vie. De même, je peine à bien comprendre les otptions qui s’ouvrent au prochain gouvernement élu. Devra-t-il encore changer cette appellation par «Canada’s Newest Governement» ou «Canada’s Most Recent Governement»? Cette idée de changer le nom du gouvernement canadien me semble aussi absurde qu’inutile. Je comprends mal en effet ce que ce choix d’un nouveau nom apporte de plus à la définition de ce que l’État canadien est appelé à être. Ce n’est pas comme si changement venait clarifier quoi que soit — comme c’est le cas du changement proposé par Chavèz quant au nom de l’État vénézuelien —, toute cette histoire ne fait que puer le marketing.

Pourtant, le gouvernement Harper y tient mordicus à ce changement. Récemment, Harper’s Magazine publiait un échange de courriels entre un chercheur un des hauts fonctionnaires du ministère des ressources naturelles. Assez intéressant de juger des menaces et des sanctions que des officiels sont prêts à prendre contre un chercheur émérite.

Our Home and Native Brand

Posted on Wednesday, January 3, 2007. From a September email exchange between representatives of Natural Resources Canada and Andrew Okulitch, a scientist working at the Geological Survey of Canada in an emeritus capacity. Irwin Itzkovitch is an assistant deputy minister under Minister of Natural Resources Gary Lunn. Vanessa Nelson is an executive adviser. Okulitch was fired but reappointed two weeks later. The Conservative Party won control of Canada’s government in January, after twelve years of Liberal rule. Originally from Harper’s Magazine, December 2006.
FROM: VANESSA NELSON
As per the Minister’s Office, effective immediately, the words “Canada’s New Government” are to be used instead of “the Government of Canada” in all departmental correspondence. Please note that the initial letters of all three words are capitalized. Thank you for your cooperation.

FROM: ANDREW OKULITCH
Why do newly elected officials think everything begins with them taking office? They are merely stewards for as long as the public allows. They are the Government of Canada. Nothing more. I shall use “Geological Survey of Canada” on my departmental correspondence to avoid any connection with “New Government.” The GSC, steward to Canada’s earth resources for 164 years, is an institution worthy of my loyalty, as opposed to idiotic buzzwords coined by political hacks.

FROM: IRWIN ITZKOVITCH
Given your strong though misdirected views of the role and authority of the Government as elected by the people, and your duty to reflect their decisions, I accept that you are immediately removing yourself from the Emeritus Program. I wish you every success in your future.

FROM: ANDREW OKULITCH
Although your knee-jerk response seems typical of Ottawa “mentality” these days, to give you the benefit of the doubt, it may have been mandated by our nervous minister. Of course, it is not a particularly rational decision, and perhaps you might reflect upon it. We of the GSC are used to taking the long view. Ministers come and go, but my talents will always remain available to the people of Canada.

FROM: IRWIN ITZKOVITCH
This is not a knee-jerk reaction nor was it dictated by anyone. My decision stands and I await confirmation that it has been executed by the responsible GSC management.

FROM: ANDREW OKULITCH
I have just received the clarification of the usage policy for the term New Government, stating that the new wording is required only in documents prepared for or on behalf of Minister Lunn. This limited usage is consistent and appropriate. We would appear to have been victims of an unfortunate misunderstanding. My intransigence about the term was in protest about its misapplication, not a call for civil disobedience. I do understand the need to obey ministerial directives once I am given them clearly. If I can help calm the waters by issuing my own clarification and apology, I would be glad to do so.

FROM: IRWIN ITZKOVITCH
Your reaction was and continues to be unacceptable for anyone associated with Public Service. My decision stands. As of yesterday you are no longer an emeritus scientist.

FROM: ANDREW OKULITCH
I concede that my memo was intemperate and deserving of a reprimand. It was, however, prompted by misinformation sent out by your staff. I don’t expect that anything I might say now will change your mind, so I’ll conclude with a few facts you will now have to live with. I’ll come out of this a champion of common sense (except when it comes to sending memos), someone who tried to defuse a situation with humor and made an effort to restore calm. You’ll come out as an intemperate, irrational manager who lacks the strength of character to reverse a hasty decision. Do you really want to be remembered as the only assistant deputy minister who sacked an emeritus scientist over such trivia? It is never too late to repair an unfortunate situation if everyone approaches it with an open mind and good intentions.

This is Our Home and Native Brand, a reading, originally from December 2006, published Wednesday, January 3, 2007. It is part of Power, which is part of Readings, which is part of Harpers.org.

[via Rick Mercer’s Blog]

Prophètes de malheurs

19 janvier 2007

Malheureusement, d’autres que moi parlent de crises planétaires imminentes.

Éric Desrosiers, «Les moyens manquent pour éviter le pire», LeDevoir, le 11 janvier 2006.

La probabilité que de tels événements se produisent au cours des dix prochaines années serait d’à peine 1 à 5 % pour les catastrophes naturelles, les pandémies et une flambée du protectionnisme. Elle atteindrait entre 10 et 20 % pour l’effondrement financier, le choc pétrolier, l’aggravation des maladies chroniques liées au mode de vie dans les pays développés ou encore la grande panne informatique. Leur impact, en vies humaines et en dollars, pourrait quant à lui approcher et même dépasser le million de morts lorsqu’il est question de pandémies, de guerres et de pénuries d’eau potable et se chiffrer en milliers de milliards de dollars dans le cas d’un effondrement financier, d’un recul de la mondialisation ou, encore une fois, de pandémies et de guerres. (source : Global Risk Network, Risques Mondiaux 2007, 2007)

«5 Minutes to Midnight», The Bulletin Online, 17 janvier 2007.

We stand at the brink of a second nuclear age. Not since the first atomic bombs were dropped on Hiroshima and Nagasaki has the world faced such perilous choices. North Korea’s recent test of a nuclear weapon, Iran’s nuclear ambitions, a renewed U.S. emphasis on the military utility of nuclear weapons, the failure to adequately secure nuclear materials, and the continued presence of some 26,000 nuclear weapons in the United States and Russia are symptomatic of a larger failure to solve the problems posed by the most destructive technology on Earth.

Disruptions in climate already appear to be happening faster in some regions than earlier predicted. In some areas warming has interrupted normal patterns, allowing insects to spread into new habitats, carrying diseases and destroying flora and fauna in zones that have no evolutionary protection. Through flooding or desertification, climate change threatens the habitats and agricultural resources that societies depend upon for survival. Coral reefs will disappear, forest fires will be more intense and more frequent, and heat waves and storms more damaging. In coming years, coastal cities will bear the brunt of sea-level rise, as we have already witnessed in New Orleans, compelling major shifts in human settlement patterns. As such, climate change is also likely to contribute to mass migrations and even to wars over arable land, water, and other natural resources.

Yves Paccalet, L’Humanité disparaîtra, bon débarras!, Éditions Artaud, 2006.

L’espèce humaine a incarné l’une des plus aptes, parce que l’une des plus sociables. Grâce à son gros cerveau et son organisation, elle a crû, elles s’est multipliée, elle a dominé. Mais elle dérape. Elle n’est plus adaptée à son environnement. Elle jure, elle détonne sur sa planète. Maints indices suggèrent qu’elle a fait son temps, au moins dans sa configuration actuelle. J’ignore si elle pourra en acquérir une autre.

L’humanité disparaîtra…

18 janvier 2007

humanite Quelques citations que j’aime d’un livre découvert grâce à Languirand et ses Quatre chemins

Yves Paccalet (2006). L’humanité disparaîtra, bon débarras, Éditions Arthaud.

Le kamikaze endoctriné, dont on a reformaté la cervelle au point qu’il se fait lui-même exploser les boyaux (et la tête, alouette!), est le plus bel exemple de ce que nous incarnons. Aucun chimpanzé, aucun orang-outan, aucun gorille n’irait se suicider pour l’empereur du Japon des singes ou pour le Ben Laden des anthropoïdes!

Le grand frisson du terrorisme naît de la perception aiguë du pouvoir qu’il exerce sur ses semblables au moment d’infliger la mort. Dix, cent, mille victimes d’un coup: un avant-goût de la puissance divine! Le tueur en série éprouve la même excitation. Adrénaline et dopamine, pour un éclair de jouissance… (p. 106)

une guerre nucléaire anéantirait-elle toute vie sur Terre? Ce n,est pas sûr… Des cafards, des termites, des crustacés, des scorpions, des araignées pourraient réchapper: ces invertébrés supportent d’énormes doses de radiations , et leur métabolisme leur autorise de longs jeûnes. À tout le moins, des bactéries et des cyanophycées (ou algues bleues) se perpétueraient. La biosphère ressemblerait à nouveau à ce qu’elle fut pendant trois milliards d’années: composée de microbes.

Supposons qu’après quelques millions d’années certains de ces rescapés évoluent derechef en animaux complexes.

Verrait-on apparaître une nouvelle lignée intelligente et sociable? Je me plais à penser que oui.

J’aime croire que nos homologues retrouveront la trace du cataclysme que nous aurons déclenché contre nous-mêmes.

Et qu’ils riront jusqu’à l’extinction du Soleil de notre incommensurable stupidité. (p. 131)

Lorsque je dénonce le saccage des récifs et des mangroves, je ne défends pas uniquement la biodiversité des océans, mais la sécurité de mes congénères: les raz de marée provoquent davatage de morts et de blessés lorsque les remparts naturels des rivages sont détruits. Même démarche lorsque je m’élève contre la destruction des forêts: elle aggrave les inondations et l’avancée des déserts. Pourquoi déploré-je avec tant de vigueur nos pollutions agricoles, industrielles et domestiques? Parce qu’elles nous reviennent tôt ou tard à la figure et dans la chair (plus pernicieuses encore pour nos enfants), avec l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons, les aliments que nous ingérons. Pourquoi suis-je inquiet du réchauffement climatiques dû à notre boulimie de combustibles fossiles? Parce que, chaque fois que nous injectons de l’énergie dans l’atmosphère, nous accroissons de façon mesurable, selon les lois de la thermodynamique, la puissance destructrice des inondations, des sécheresses, des typhons, des cyclones et des tornades. (p. 137-138)

au cours de ce combat, et contrairement à ce qu’affirme la caricature du darwinisme que vendent les idéologues du capitalisme brutal (les plus virulents carburent au pétrole du Texas), la force pure ne constitue pas le meilleur argument. Plus efficaces sont le commensalisme, le mutualisme et la symbiose. La stratégie associative. La coopération La communauté de destins…

L’espèce humaine a incarné l’une des plus aptes, parce que l’une des plus sociables. Grâce à son gros cerveau et son organisation, elle a crû, elles s’est multipliée, elle a dominé. Mais elle dérape. Elle n’est plus adaptée à son environnement. Elle jure, elle détonne sur sa planète. Maints indices suggèrent qu’elle a fait son temps, au moins dans configuration actuelle. J’ignore si elle pourra en acquérir une autre. (p. 140)

Je n’insiste pas sur les dangers des pollutions de l’air. Ils sont aussi nombreux que les cent mille molécules inventées par l’industrie, et qui partent dans le vent avant de nous revenir aux poumons. Dans bien des endroits, c’est comme si tout une population, bébés compris, fumait dix cigarettes par jour; sachant que certains y ajoutent leur paquet réglementaire! (p. 175)

En extrapolant à partir des tendances actuelles, il semble probable que nous élèveront la température moyenne, à la surface de la Terre, de deux à quatre degrés Celsius d’ici 2050, et de quatre à huit d’ici 2100. Il se pourrait que ce soit un peu moins: rêvons d’une humanité prudente! En réalité, je crois (avec la plupart des climatologues) que nous serons dans la tranche la plus haute du modèle. Jusqu’ici, les projections des spécialistes ne tenaient pas compte de l’envolée économique de la Chine, de l’Inde ou du Brésil. Non seulement nous brûlerons tout le pétrole et tout le gaz naturel disponibles — et en moins de temps que nous ne le pensions —, mais nous recourrons massivement au charbon, aux naphtes lourds, aux schistes bitumineux et aux sables asphaltiques, dont la combustion dégage beaucoup plus de CO2 que les hydrocarbures légers. (p. 178)

S’il fait plus chaud, les mers s’évaporent: or, la vapeur d’eau est elle-même un gaz à effet de serre. Le dégel du parmafrost, dans les toundras du Grand Nord, libère de fantastiques quantités de méthane (un autre gaz à effet de serre, vingt-trois fois plus efficace dans ce rôle que le gaz carbonnique).

Les fonds marins recèlent du méthane à basse température, solidifié en clathrate; si les mers se réchauffent, ce composé rejoint l’atmosphère et la situation empire. (p. 180)

Dans sa version écologiste, l’utopie de Mai Soixante-huit avait agité l’idée que la croissance indéfinie est impossible sur une planète aux ressources limitées; qu’il s’agit d’un leurre; qu’il vaudrait mieux chercher la solution dans une «croissance zéro», tempérée par une plus juste répartition des richesses. Je suis intimement persuadé que cette idée est bonne; et même (si nous voulons nous donnes une petite chance de survivre) qu’il faut la pousser plus loin.

Nous ne nous en tirerons que par la vertu d’une décroissance raisonnable.

Sauf que c’est impossible, parce que personne n’en veut. (p. 186)

En ce début de vingt et unième siècle, si tous les hommes consommaient comme les Européens, il ne nous faudrait pas moins de trois planètes pour satisfaire nos besoins. S’ils avaient le mode de vie américain, il nous en faudrait six.

Question : où tournent les cinq planètes qui nous manquent? (p. 188)

Si l’humanité s’éteignait, la vie continuerait sans elle et sans aucun problème. nulle morale, là-dedans. Nous ne sommes indispensables à personne, sauf à nous-mêmes. l’homme n’est pas l’unique valeur, contrairement à ce que pensent les religieux, les moralistes et les philosophes humanistes. Supposons qu’il me faille choisir entre sauver Hitler et sauver le dernier tigre… À qui porterai-je assistance? L’humanité n’est pas sacrée. (p. 189)

L’État en temps de crise

18 janvier 2007

Depuis plusieurs années maintenant, une idée s’installe dans l’esprit des citoyens du monde, une idée qui, je le crains fort, risque de nous réserver de sombres surprises. Depuis la remise en question de l’État providence, il apparaît de plus en plus évident que l’État n’est appelé à devenir que l’ombre de ce qu’il fut — ou même de ce qu’il pourrait être. La question n’est même plus de savoir si un État providence ait jamais réellement existé (débat que Michel Chartrand avait tenté de lancer), mais bien plus la place qui doit être réservé à l’État dans une société néolibérale.

Bien entendu, au Québec, il est toujours question d’éducation, de voirie ou de système de santé, mais la réalité demeure que l’État est, depuis belle lurette, entré dans une phase de désengagement systématique. La lutte à la pauvreté, l’aide sociale, l’aide aux familles, la santé publique sont autant d’exemples de dossiers où l’État pourrait être de lui plus actif.

Le Krach de 1929 témoigne des conséquences de s’en remettre à la bonne conscience des philanthropes ou à la générosité des citoyens. Aujourd’hui, si une crise d’une telle envergure survenait, le citoyen pourrait-il compter sur l’aide des institutions étatiques pour lui venir en aide? Plus d’un an après le maintenant célèbre ouragan Katrina, il est possible de douter de la réponse à cette question. L’ouragan Katrina paraît en effet un bon exemple de la pâle figure que revêtiraient les États néolibéraux face à une crise de grande envergure. Plus de 16 mois plus tard, il demeure des familles qui n’ont toujours pas retrouvé leur vie normale, il demeure des familles brisées par des morts inutiles, il demeure des plaies ouvertes que l’État étatsunien — l’État du pays le plus puissant au monde — n’a toujours pas été en mesure de cicatriser. La corruption, le racisme, l’appât du gain firent leur œuvre. L’État, qui aurait dû être prêt à promptement et efficacement intervenir n’était — et n’est toujours — pas au rendez-vous. Bien au contraire, l’État a profité de la situation pour se désengager davantage. Des écoles publiques ont été fermées au profit d’écoles à charte ou d’écoles privées, des syndicats ont été brisés… Wal-Mart — symbole par excellence du néolibéralisme — fit les manchettes parce qu’il semblait mieux équipé que l’État pour intervenir. L’État? Il semble n’y être réduit qu’aux forces de l’ordre (et non de la justice!).

» En lire plus:L’État en temps de crise

Soutenir la réforme

15 janvier 2007

[Petite pub]

Quoi : soutenir la réforme : journée d’étude vers l’action.
Intention : rassembler des personnes du monde de l’éducation pour soutenir le changement actuel en éducation.
Quand : samedi le 20 janvier 2007, de 10h à 15h
Lieu : Université du Québec à Trois-Rivières (local 2077 pavillon Ringuet).

» En lire plus:Soutenir la réforme

The Science of Evil

3 janvier 2007

J’étais assez étonné de tomber sur cette émission de ABC ce soir à 22h, parce que j’étais sous l’impression que ce type d’expériences avait depuis longtemps été interdit.

L’expérience de Milgram a fait école dans les années 1960 et demeure un bon indice, ce me semble, du niveau d’asservissement dont n’importe quel quidam est capable. Je me souviens aussi qu’au cégep mon enseignant de psycho nous avait préssenté un extrait du film — avec Yves Montand en plus! — I… comme Icare où il est question d’une expérience similaire, c’est comme j’avais un bon enseignant ;-) .

L’émission de ABC cherchait à reproduire l’expérience de Milgram aujourd’hui pour juger d’éventuelles différences dans les résultats. Bien entendu, les résultats ne diffèrent pratiquement en rien de ce qu’avait observé Milgram en 1961. Beurk! Il est tout de même impressionnant de juger du courage qu’il faut pour résister à l’autorité! Serait-ce une question d’éducation? Serions-nous socialisés à obéir? Malheureusement, je crois que ces questions appellent une réponse positive…

Dans l’expérience que présente ABC, il fut aussi question d’une éventuelle différence entre les sexes. Malheureusement, le site de l’émission n’en glisse mot dans l’espoir de créer un pseudo-suspens de marketing… Pour ceux qui seraient intéresser et qui n’auraient pas eu le loisir de regarder l’émission, l’étude présente que 65% des hommes ont obéi aux ordres jusqu’à la fin contre 73% des femmes…

Malheureusement, le reportage faisant aussi mention d’une horrible histoire où une gérante d’un MacDo et son mari ont suivi les injonctions d’un soi-disant officier des police les ayant appelé et leur demandant de déshabiller une de leurs employés sous prétexte qu’elle aurait été vues en train de voler. La pauvre fille (fin adolescence) a ainsi été forcé de se déshabiller, de sauter sur place nue et même de se faire frapper par le mari… Quelle aberrante servilité!

Si ce type de recherches vous intéresse, je ne peux que vous suggérer les merveilleux écrit de Jean-Léon Beauvois, Les illusions libérales: individualisme et pouvoir social — dont j’avais jadis brièvement parlé ICI — et Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens.