Archive pour mars 2007

Requiem pour un peuple ingrat

29 mars 2007

Pierre Fortin, Requiem pour un peuple ingrat, Le Devoir, 28 mars 2007.

Le point culminant, le comble de l’ignorance de notre histoire collective, a été atteint lorsque M. Dumont a déclaré que le Parti québécois voulait effectuer un retour à «la gau-gauche des années 70» avec l’endettement qui s’ensuivrait… Or, cette «dictature de la classe moyenne» ne tire-t-elle pas son existence même de la pensée dite «de gauche»? Vacances payées, normes du travail, santé et sécurité du travail, protection du consommateur, de l’environnement, de la jeunesse, soins de santé et éducation gratuits, salaire minimum, tout ce qui représente le «progrès» et constitue le «vernis» de notre société, tout cela n’aurait pu exister sans les luttes ouvrières, humanistes, féministes, environnementalistes, qui ont donné à chacun et chacune un niveau lui permettant de développer son potentiel et ses aptitudes. Toutes choses auxquelles s’était résolument opposé le Conseil du patronat du Québec, dont l’ancien président est devenu l’éminence grise de l’ADQ!

si la tendance se maintient…

26 mars 2007

Bon… Il est 22h05 et Bernard vient de ni plus ni moins confirmer que le prochain gouvernement du Québec sera libéral.

Mes réflexions à chaud? À Part la tristesse de voir un vote québécois si à droite (46 PLQ, 41 ADQ et 38 PQ). Ça peut être intéressant au fond. On se débarrasse de Boisclair (Charest perd son siège dans Sherbrooke? La honte![1]) alors que les adéquistes auront la possibilité de se casser la gueule solide avec autant de députés. Je me demande cependant s’il n’eût pas été mieux d’avoir un gouvernement adéquiste question que l’on scelle leur sort une fois pour toute.

L’avantage avec un gouvernement minoritaire c’est que ça signifie sans doute des élections d’ici deux ans.

Je crois qu’il est assez clair que Boisclair perde son statut de chef. La question se pose pour Charest. Les libéraux en voudront-ils pour une troisième course électorales? Sinon, cela pourrait vouloir dire deux courses à la chefferie dans la prochaine année et des élections à leur sortir.

Ce qui me chagrine encore plus c’est l’idée que si les verts et QS avaient réussi à s’entendre, ils auraient au moins pu élire un député dans Mercier (Khadir!) avec quelque 600 voix de majorité.

Enfin, je trouve de plus en plus difficile d’admettre l’absence totale de lien proportionnel direct entre les voix exprimées et la représentation au gouvernement. Notre mode de scrutin est complètement désuet et mérite d’être jeter une bonne fois pour toute aux poubelles.

Notes

[1] [MàJ : 23h23. Il semble que Charest ait été élu finalement. Triste nouvelle.]

Amnistie internationale – Section canadienne francophone – Hébergez votre site Internet et aidez Amnistie internationale

26 mars 2007

Avoir su, j’aurais peut-être tenté la chose. Il me semble en effet assez intéressant qu’un hébergeur offre 20% de ses revenus à AI. Très intéressant même.

Amnistie internationale – Section canadienne francophone – Hébergez votre site Internet et aidez Amnistie internationale

Des articles qui parlent

19 mars 2007

Bonsoir XXXX,

Malheureusement, je n’ai rien trouvé de beaucoup plus simple que le texte de Québec solidaire sur ses engagements électoraux pour t’aider dans ton travail scolaire. Je crois cependant que les articles ci-dessous peuvent t’être utiles… surtout le premier.

Québec solidaire veut faire payer les riches

Québec solidaire propose 30 millions $ pour une agriculture verte
Québec solidaire rend public sa politique familiale féministe
Québec solidaire veut investir 850 millions $ en santé
Québec solidaire promet une lutte contre la pauvreté
Québec solidaire à gauche toute
Québec solidaire prône la gratuité scolaire à l’université

Il y aussi de bons extraits vidéo sur YouTube, dont l’entrevue avec Amir Khadir à l’émission Tout le monde en parle.

Bonne chance et au plaisir,

Charles-Antoine

Bill Clennett veut faire disparaître les lois anti-syndicales adoptées par le gouvernement libéral

19 mars 2007

Marie Pier Lécuyer , « Bill Clennett veut faire disparaître les lois anti-syndicales adoptées par le gouvernement libéral », Info07, le 19 mars 2007.

J’aime les idéateurs

16 mars 2007

Non mais sérieusement, quels outils sympathiques que ces idéateurs!

Dans les dernières semaines, j’ai dû élaborer un guide d’actualisation locale des programmes d’étude au Cégep. Regardez un peu le résultat. Avec des liens et tout! J’en suis pas mal fier!

hihihi

L’ADQ au pouvoir?

13 mars 2007

D’aucuns, désillusionnés qu’ils sont du PQ et du PLQ, affiment que l’ADQ pourrait s’avérer un choix intéressant. Malheureusement, si désillusions il ya au sein de la population, l’ADQ ne sera jamais la solution à leurs maux. Je suis convaincu que, si par malheur l’ADQ formait un jour le gouvernement, ce serait la triste histoire d’une tragédie annoncée. Non seulement, l’ADQ formerait un piètre gouvernement, mais s’il existait un indice de souffrance de la population, il atteindrait alors des sommets. Les valeurs d’un parti doivent être le baromètre permettant de les juger. Au Québec, comme le disait Chartrand, le PLQ et le PQ sont sans doute les deux fesses d’un même cul. Malheureusement, l’ADQ s’en tire encore moins bien. Les dangers de la droite pour la santé des honnêtes gens sont documentés.

» En lire plus:L’ADQ au pouvoir?

La pédagogie par compétences (extrait de Levasseur 2002)

13 mars 2007

Il y a quelque temps que cet extrait de Lavasseur — un ancien enseignant de philosophie du collégial — traîne sur mon bureau… Je ne peux pas dire que j’ai terminé d’y réfléchir. Décidément, ce n’est pas simple l’éducation.

La pédagogie par compétences avec l’insistance qu’elle place sur les savoir-faire dans des situations concrètes présente des liens certains avec l’enseignement professionnel (Ropé et Tanguy, 1994), mais ne s’y réduit pas pour autant. Elle rejoint en partie l’idée de formation générale qui excède la formation spécialisée et vise à doter les élèves de savoirs généraux, de dispositions culturelles et de valeurs leur permettant de s’insérer dans des réseaux sociaux et professionnels. Mais elle excède l’idéal encyclopédique ou l’esprit d’érudition qui lui est associé. Perrenoud définit en effet la compétence comme la capacité de mobiliser des connaissances de manière à répondre de façon pertinente à une situation inédite. La nouveauté de la situation permet au mieux de saisir l’idée au cœur de la pédagogie par compétences. Le savoir en lui-même demeure inopérant en situation d’urgence et l’élève ou éventuellement le travailleur doit exercer son jugement de manière à gérer «l’écart, nécessaire et inévitable, entre le travail prescrit et le travail réel» (2000, p.23)de manière à répondre aux aléas ou aux impondérables liés aux situations concrètes. En conséquence, la seule détention d’un savoir disciplinaire ne suffit pas, au médecin, par exemple, pour reprendre un exemple de Perrenoud, dans l’obligation de faire face aux situations qui s’éloignent des cas d’école (Ibid., p.29). Perrenoud écrit:

Dans la plupart des situations, il ne s’agit pas d’étaler ses connaissances, mais de les utiliser, de les mobiliser pour prendre une décision, résoudre un problème, venir à bout d’une tâche, affronter un dilemme. Dans des situations d’action, on peut certes être appelé à faire valoir ses connaissances, soit pour convaincre d’autres acteurs du bien fondé d’une proposition, soit pour se justifier après coup . La plupart du temps, les connaissances n’ont pas besoin d’être exposées à autrui, ni même verbalisées par le sujet pour guider l’action. Elles sous-tendent l’analyse de la situation, la comparaison des options possibles et la prise de décision en enrichissant les représentations, les anticipations, les raisonnements de l’acteur (p.28).

Si on ne peut réduire la pédagogie par compétences à la formation professionnelle, elle semble en revanche s’insérer résolument dans une logique de l’action ou relever d’une anthropologie de l’action (Dumont, 1981). Il ne s’agit pas d’abord de connaître le monde sur le mode théorique. Perrenoud insiste lui-même sur la nécessaire réduction des savoirs disciplinaires dans les curriculums. Il ne s’agit pas non plus d’interpréter le monde afin de lui donner un sens ou de le transformer selon un idéal social, politique ou esthétique. Il s’agit plutôt d’apprendre à y fonc- tionner avec efficacité. Certes, de nombreux auteurs insistent sur l’importance de la critique qui paraît toujours parmi les compétences fondamentales que l’école doit contribuer à développer. Mais la compétence critique demeure confinée à une anthropologie de l’action. L’élève doit procéder à l’évaluation des solutions les mieux appropriées afin de répondre à une situation donnée. La situation en elle-même n’est pas sujette à la critique. L’exemple de Perrenoud précédemment cité nous apprend que le médecin compétent sait, en situation d’urgence, poser un diagnos- tic et déterminer un traitement, donc faire l’inventaire de ses connaissances afin de juger de la nature de la maladie et du traitement. Mais la nécessité de juger de la pertinence de tel ou tel traitement dans une société hautement médicalisée n’est aucunement considérée (Illich, 1981). La pédagogie de la compétence conduit à un enfermement de la pensée dans une logique d’action et interdit la confrontation entre l’action et l’interprétation ou la critique.

Louis Levasseur, « Pressions sociales et transformations de la culture scolaire au Québec », Revue des sciences de l’éducation, Vol. XXVIII, no1, 2002, p. 21 à 38. [Le texte est disponible sur Érudit ce me semble, sinon, je l'ai à partager].

Vivre le Québec.net – Mon choix pour les élections 2007

10 mars 2007

hihihi! La chose est vachement sympathique. Il s’agit, à travers quelques petites questions (qui me semblent basées sur le programme des 5 principaux partis) d’identifier le parti qui représente le mieux vos priorités pour le Québec.

Pas de grandes surprises pour ma part, mais ça peut avoir l’avantage de faire réfléchir ceux qui croient que tous les partis disent la même chose et que tous se valent.

Vivre le Québec.net – Mon choix pour les élections 2007

[Via le blogue Livresanspage]

Le bilan du gouvernement Charest selon la CSQ

7 mars 2007

csq La CSQ offre un bilan assez intéressant du gouvernement Charest. Bien entendu, il n’est pas question d’oublier la loi 142!