Archive pour août 2007

Une question d’outil

30 août 2007

Chaque outil d’analyse a été conçu pour mesurer certaines variables bien précises. Utiliser le mauvais outil, c’est comme chercher à planter un clou avec une hache : les chances sont que le clou finisse par rentrer tout croche et que on y perde un doigt.

L’éducation à la citoyenneté en Inde

27 août 2007

Il semble qu’il n’yait pas qu’au Québec où nous revoyons nos approches en ce qui a trait à l’éducation à la citoyenneté. En effet, l’Inde vit aussi au rythme d’une refonte importante de son curriculum où la remise en question des orientations politiques du pays se retrouve au coeur des débats des étudiants.

« For the first time, the messy brawl that is modern Indian politics, including some of its ugliest and most controversial episodes, is being taught in political science class. It is part of a broader revision of the school curriculum, with potentially long-lasting implications for how Indian children grasp the workings of their nation and its place in the world.

Her teacher, Abha Malik, head of the political science department at the Sanskriti School here, pounded on the textbook, which the National Council of Educational Research and Training, a government agency, rolled out four months ago for both public and private schools. You can’t have a regular, regular class with this, she said, beaming. This book won’t let you sit still. » [1]

Bien entendu, nourir la pensée critique et l’habileté de remettre en cause ce qui nous est présenté comme véridique implique nécessairement une apporche pédagogique novatrice, active où l’étudiant aura toute la lattitude pour tester ses hypothèses. N’est-ce pas justement ce que nous affirme Mme Malik?

C’est justement pour répondre à ceux et celles qui crient haut et fort l’ignorance des étudiants d’aujourd’hui, comme nous le démontre jour après jour leurs piètres résultats à des tests standardisés aux questions insignifiantes que M. Melvin Dubnick réitère l’idée que ce qui importe se situe peut-être ailleurs. Le texte de Dubnick est fort pertinent et mérite d’être lu. Je me permets de souligner un extrait qui me semble particulièrement important :

« This finding [a study recently showed, through simple tests, that university freshmen were more "literate" in politics than there senior counterparts] reinforces a particular view of the civic education, one built on several key assumptions: (1) that such knowledge is an indicator — or at the least a foundation — for civicism; (2) that students are indifferent and/or unaware of the civic life that surrounds them (put in other words, they have no — and seek no — social capital); and (3) that educators at the secondary and college level are incompetent teachers of essential civic knowledge. In short, the problem is threefold: what is being taught (”content”), the capacities of those being taught (”intelligence”) and how it is being taught (”instruction”). »[2] [je souligne]

Personnellement, c’est justement le premier point qui m’intrerpelle le plus (bien que les deux autres provoquent généralement des réactions violentes qui n’aboutissent jamais à rien de bien constructif, au contraire). Il s’agit en fait que la définition à donner à l’éducation à la citoyenneté et à ce qu’un étudiant devrait connaître et être à même de réaliser au sortir de son parcours scolaire. Connaître les dates de naissance de Périclès ou de Nabuchodonosor où savoir chercher les intérêts de l’auteur d’un texte (y compris les manuels scolaires), le contexte de son écriture et les biais possibles?

Dubnick poursuit au sujet des approches qu’il importe de privilégier. Cela ne surprendra personne de le voir citer Vygostky et Dewey.

Notes

[1] Somini Sengupta, « Politics Is the New Star of India’s Classrooms », The New York Times, le 15 août 2007.

[2] Melvin Dubnick, «Civics in India….», accountabilitybloke, 15 août 2007.

Chronicle Blogs: Q&A With Juan Cole, Historian and Blogger

27 août 2007

L’historien et blogueur Juan Cole publiait, en juillet dernier, une entrevue dans laquelle il présentait son expérience carnétière et ses motivations de blogueur.

I began Informed Comment in the spring of 2002 as a direct response to the September 11 attacks, in hopes of explaining what I know about the greater Middle East (where I had lived off and on for almost 10 years) to a public that was thirsty for information and expert interpretation. At that time, I was unknown outside Middle East studies and could not so much as get an op-ed published in a local newspaper.

Chronicle Blogs: Q&A With Juan Cole, Historian and Blogger

J’ajoute que je me suis payé son dernier livre, Napoleon’s Egypt : Invading the Middle East. J’ai si hâte d’avoir le loisir de me le taper maintenant.

Talk to me like my father

26 août 2007

Il y eut récemment violente controverse au sujet d’un article publié dans le magazine états-unien Mother Jones. En effet, bien que la chose soit passée à toute fin pratique inaperçue au Québec, il semble que les médias des Maritimes en ont fait grand cas.

La controverse est née de la publication d’un article de l’auteur et médecin canadien, Kevin Patterson, au sujet de son tour de garde en Afghanistan. Patterson y brosse un portrait particulièrement intéressant de ce que vivent les médecins et les blessés en Afghanistan. De même, il y laisse entendre que tous les blessés sont loin d’être égaux en Afghanistan. Or, ce n’est pas cette iniquité dans les traitements qui fait l’objet de polémique, mais plutôt le fait que Patterson présente en fin d’article comment il est intervenu dans le cas d’un soldat canadien en particulier, le caporal Kevin Megeney, le 44e soldat canadien à mourir en Afghanistan.

Maintenant que la copie papier du magazine n’est plus sur les tablettes des librairies, sa version numérique assure une certains pérennité à un témoignage poignant et particulièrement bien écrit.

About two-thirds of our patients are Afghans: Taliban and Afghan National Army (ana) personnel and civilians. The rest are coalition soldiers. The coalition folks generally do well; their body armor is very effective, and the amount of penetrating chest and abdominal trauma is limited. Not so with the Afghans. They often don’t have body armor, and they aren’t eligible for evacuation. When we received news that a mass casualty was en route with severe burns, we were told not to intubate Afghans with burns over more than 50 percent of their bodies—because in the absence of a burn unit, such a patient requiring life support rarely survives—but that we should do everything possible for coalition personnel because they would be evacuated to Germany or Dubai and then to places like Brooke Army Medical Center in San Antonio, where the burn care is the best in the world. Any temptation to protest the different valuation of life explicit in the order was stalled by the briefest survey of the country around us: What else is new?

(Kevin Petterson, « Talk to me like my father », Mother Jones, July-August 2007.)

Earth Embassy, leur misson

25 août 2007

« To inspire and educate the citizens of Earth to create their own environmentally sustainable lifestyles and businesses, through participation in the creation and operation of a self-sufficient education center, organic farm, restaurant, fair trade shop and eco-technology development and demonstration center. »

Earth Embassy > Mission Statement

Avouez que l’idée est belle!

Alors que Missmath nous présente de ses inquiétudes au sujet des «premières années», je dois avouer que ce projet et la participation des jeunes à la Commissons Bouchard-Taylor masse un peu l’espoir que j’ai dans un avenir où les jeunes prendront la place qui leur est due et poussera la société vers des horizons un brin plus enchanteurs.

Ceci dit, l’idée de présenter, enseigner, valoriser le métier d’étudiant me paraît une idée indipensable. J’étais si fier d’être étudiant. La chose me manque atrocement. Vivement que j’y retourne.

Des agents provocateurs, la SQ admet!

23 août 2007

La Sûreté du Québec précise certains faits concernant le Sommet de Montebello
23 août 2007

À la suite de la diffusion d’un extrait vidéo sur le site Internet Youtube.com, impliquant possiblement des membres de la Sûreté du Québec lors du Sommet de Montebello, cette dernière aimerait apporter certaines précisions. Après avoir analysé son contenu, en plus de prendre connaissance des vidéos enregistrées par les corps policiers, elle est maintenant en mesure de confirmer que ces individus sont des policiers de la Sûreté du Québec. Ces derniers avaient le mandat de repérer et d’identifier les manifestants non pacifiques pour ainsi éviter les débordements. Les policiers ont été repérés par les manifestants au moment où ils ont refusé de lancer des projectiles.

En aucun temps, les policiers de la Sûreté du Québec ont agi comme agents provocateurs ou commis des actes criminels. De plus, ce n’est pas dans les politiques du service de police ni dans ses stratégies d’agir de cette manière. À tout moment, ils ont répondu à leur mandat de maintenir l’ordre et la sécurité.

(source : La Sûreté du Québec précise certains faits concernant le Sommet de Montebello, le 23 août 2007, site visité le 23 août 2007.)

Je mets une capture d’écran sur flickr, au cas où cette page disparaîtrait… par inadvertance!

J’aime bien cette phrase du communiqué : «Les policiers ont été repérés par les manifestants au moment où ils ont refusé de lancer des projectiles.» Hum… la vidéo semble pourtant bien montrer que les leaders syndicaux cherchaient à les désarmer. De même, cette section de la manifestation se voulait un cordon entre les policiers et le gros des manifestants, justement pour éviter une action policière. Je reste toujours aussi abasourdi de voir à quel point il est possible d’ainsi mentir à la population, et ce, sans que personne ne semble en être choqué.

[MàJ (22h22) : Radio-Canada en fait un bon reportage qui explique qu'il sera sans doute question d'accusations]

Des agents provocateurs à Montebello

22 août 2007

Une vidéo vachement sympathique du président du SCEP qui identifie et met à jour des agents provocateurs de la SQ lors de la manif de Montebello. Une beauté dont aucun média ne parle. Écoutez la vidéo au complet, elle en vaut le coup.

J’aime bien les anacrhistes qui crient «Policiers! Policiers!» HAHAHA!

Remarquez aussi les trois niais qui cherchent à discuter en catimini avec les policiers de la ligne. Génial.

Honnêtement, le mec, Dave Coles, est mon nouveau héros! Wow!


[Correction : il semble que la chose ait fait les nouvelles malgré tout!]

[Ajout : Un de mes amis m'avait parlé des bottes des «trois manifestants». Mario nous dirige vers une photo à ce sujet (photo que je crois avoir vue à Rad-Can).]

The War Prayer

21 août 2007

«O Lord our God, help us to tear their soldiers to bloody shreds with our shells; help us to cover their smiling fields with the pale form of their patriot dead; help us to drown the thunder of the guns with the shrieks of their wounded, writhing in pain; help us to lay waste their humble homes with a hurricane of fire; help us to wring the hearts of their unoffending widows with unavailing grief; help us to turn them out roofless with little children to wander unfriended the wastes of their desolated land in rags and hunger and thirst, sports of the sun flames of summer and the icy winds of winter, broken in spirit, worn with travail, imploring Thee for the refuge of the grave and denied it — for our sakes who adore Thee, Lord, blast their hopes, blight their lives, protract their bitter pilgrimage, make heavy their steps, water their way with their tears, stain the white snow with the blood of their wounded feet! We ask it, in the spirit of love, of Him Who is the Source of Love, and Who is the ever-faithful refuge and friend of all that are sore beset and seek His aid with humble and contrite hearts. Amen.»

— Mark Twain, The War Prayer.

[via Inshallah: Cindy Sheehan from Amman]

Carrefour jeunesse – Dates historiques avant 1899 – Affaires indiennes et du Nord Canada

19 août 2007

Dans la section jeunesse du site des Affaires indiennes, on peut lire :

«Mai 1680 : Le roi de France, Louis XIV, accepte de donner aux Autochtones 40 000 acres (16 200 hectares) de terres près de Montréal.»

(source : Carrefour jeunesse – Dates historiques avant 1899 – Affaires indiennes et du Nord Canada)

C’est dire à quel point le mec était généreux! Wow! Je ne comprends juste pas pourquoi les Autochtones persistent à se plaindre. Nous avons été si bons avec eux (et le sommes toujours de toute évidence!!!).

C’est moi ou un site jeunesse devrait être un brin plus critique?

Headless Walruses Appear in Droves on Alaskan Shores

15 août 2007

Dozens of decapitated walruses have washed up on the beaches of western Alaska this summer, but a particular surge in Norton Sound, a bay of the Bering Sea, has called for a U.S. Fish and Wildlife Service investigation.

The Blue Marble: Headless Walruses Appear in Droves on Alaskan Shores

Mais quelle histoire! On parle d’au moins 79 morses.