Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens

24 septembre 2007 par Charles-Antoine Bachand Laisser une réponse »

joule et beauvois Ce week-end, je me suis payé un rare luxe. Je me suis assis et j’ai lu sans interruption (ou presque ;-) ) un livre que je me promettais de lire depuis longtemps. Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens de MM. Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois, psychologues-sociaux. Ce livre, écrit au début des années 1980 et réédité à la fin des années 1990, présente certaines des découvertes les plus intéressantes de la psychologie sociale dans le domaine de la manipulation comportementale. Essentiellement, ce que nous apprend cet ouvrage, c’est que nous ne sommes pas aussi libres que nous le croyons, qu’il nous arrive plus souvent qu’on voudrait se l’admettre d’adopter un comportement en ne se le justifiant que bien ultérieurement et qu’il nous arrive aussi d’être trop cohérent avec nous mêmes.

À l’aide d’exemples et d’explications théoriques, les auteurs nous présentent donc des techniques de manipulations qui ont montré le plus de chance de fonctionner dans des conditions expérimentales. À ce titre, il est particulièrement impressionnant de voir que ses techniques auront réussi, entre autres choses, à amener une vingtaine d’étudiants à arrêter de fumer pendant 7 jours complets, et ce, en échange de presque rien.

Les auteurs nous font donc le remarquable cadeau de présenter de façon intelligibles des découvertes scientifiques de haut niveau et dont, malgré toutes nos bonnes intentions, il nous serait tout à fait possible d’être les victimes. À ce titre, il importe de souligner que l’avantage de la grande majorité des techniques décrites dans cet ouvrage réside justement dans le sentiment de liberté qu’elles impliquent chez la victime de la manipulation. En fait, il choisi d’amener quelqu’un à librement choisir de faire ce que l’on veut qu’il fasse. Il est donc probable que la victime de telles techniques ne serait même pas en mesure d’admettre avoir été victime de manipulation.

Le schéma ci-dessous présente certaines des découvertes que j’ai faites à la lecture de cet ouvrage.

cliquer sur l’image pour l’agrandir (pdf).

Publicité

7 commentaires

  1. Superbe mind map, Charles-Antoine! Je suis en train d’imaginer ce que serait le Web si tous les livres non littéraires étaient ainsi représentés.

    J’aime bien l’idée de faire ouvrir l’illustration dans un PDF. Je vais tâcher de la retenir.

  2. C.-A. Bachand dit :

    Merci, François. Je dois avouer que ce fut une lecture extraodrinaire (tout comme les Illusions libérales, un ouvrage écrit par l’un des auteurs de Petit traité et dont j’avais brièvement parlé ICI).

    De même, je suis convaincu que la réalistion de ces mindmaps lors de lecture est un exercice génial pour quiconque veut conserver des traces de ces lectures… Je suis même relativement sûr que de réaliser de telles cartes sémantiques (?) permettent une lecture active particulièrement riche. À la fin du mois de novembre j’offre justement un atelier aux enseignants de mon Cégep à ce sujet. J’ai bien hâte de juger de leur réaction.

  3. Angélique Soleil Lavoie dit :

    À ce sujet, j’avais acheté « Question de logique » d’Oscar Brenifier (http://www.brenifier.com/) que j’espérais un jour exploiter avec les ados (mais ici, je manque d’idées et d’ados).
    (http://tinyurl.com/da463h)

    Retapé/synthétisé :

    1. Impossible de discuter
    a) Absence d’argument :
    « – Et pourquoi je ne peux pas aller chez ma copine?
    - Parce que c’est comme ça! Je te le dis, un point c’est tout! »
    b) Argument émotionnel :
    « – Je ne veux vraiment plus mettre cette robe! Je la met tout le temps!
    - Mathilde, est-ce que tu penses aux enfants qui n’ont aucun vêtement à se mettre, et qui seraient bien contents d’avoir ta robe? »
    c) Question rhétorique :
    « – Alors Mathilde, tu as eu des problèmes cette semaine au collège?
    - Pourquoi t me demandes alors que, visiblement, maman t’a déjà tout raconté? »
    d) Argument de l’habitude :
    « – Et pourquoi je dois aider à mettre la table?
    - Ma pauvre Mathilde parce que les enfants ont toujours aidé leurs parents et on ne va pas changer le monde du jour au lendemain! »

    Et ainsi de suite…
    (je veux respecter un tant soit peu le droit d’auteur)

    Dans un autre ordre d’idées, à partir de quel outil crées-tu tes cartes conceptuelles?

  4. C.-A. Bachand dit :

    Merci beaucoup Angélique… je ne me souviens pas avoir croisé ce type auparavant. Il faudra que j’y jette un oeil. Je crois aussi que l’enseignement de la philosophie (au sens large du terme) pourrait se faire (et être bénéfique pour les élèves et leur liberté) bien avant le Cégep. Qui ne se pose pas de questions sur le sens de la vie à 14 ans?!?

    J’ajouterais qu’outre la liberté, la philosophie risque de nourrir une capacité à comprendre son apprentissage, à comprendre comment chacun d’entre nous apprend… Le fait de réfléchir sur ses pratiques ne peut qu’être d’une utilité bien plus que quelconque.

    Cela dit, j’ai utilisé NovaMind pour créer le schéma ci-dessus.

  5. C.-A. Bachand dit :

    j’ajoute pour référence ce très bon billet de François Guité : http://www.francoisguite.com/2007/0

  6. Halel dit :

    Bonjour Charles-Antoine Bachand,

    je souhaite préalablement vous souhaiter de joyeuses fêtes ;) non je n’essaye pas de vous manipuler ou d’appliquer une quelconque technique lol :p

    Je vous écris ce message car je voudrais avoir un échange avec vous sur cette gestion de nos connaissances, et surtout sur cette conservations des traces de nos lectures (livre, article web, etc.) dans notre mémoire.

    Nous sommes confrontés aujourd’hui à un phénomène, qui a pourtant été annoncée depuis plusieurs années, appelée : l’infobésité. La gestion de l’information est de surcroit un enjeu capital dans le nouveau type de société que nous construisons.

    La découverte de votre mindmap a été une surprise car elle semblait être une possible répondre à mon interrogation sur ce sujet…je voudrais en savoir + sur cette pratique.

    Procédé ? Résultat du cours que vous avez donnez ? …

    Vous parler par exemple de lecture active, qui est selon moi une lecture faites sur le mode de l’être…donc de poser sa réflexion parallélement à toute lecture….Et ne pas consommer l’information sur le mode de l’avoir pour ne pas aboutir à cette infobésité.

    Bref… je souhaite vraiment en discuter avec vous ou/et avec toute autre personne intéressée par ce sujet qui est, ou deviendra, nul doute, fondamental.

    Au plaisir d’avoir de vos nouvelles,

    Bien cordialement :-)

    PS : j’ai dû insérer mon adresse mail pour pouvoir publier mon commentaire, donc je crois que vous avez mon mail pour me répondre ;) Merci de m’avoir lu,

  7. Charles-Antoine Bachand dit :

    Bonjour Halel,

    Je suis plus convaincu que jamais de la puissance et de l’utilité du mindmapping comme outil de construction et d’organisation de l’information.

    Le mindmapping permet non seulement de mobiliser le lecteur et l’apprenant dans la réalisation et la construction active de son interprétation de ce qu’il apprend ou lit. Et la trace qu’il en garde est complètement sienne.

    En ce sens, plusieurs textes existent [http://www.cegepentic.net/wiki/index.php?title=Réseaux_de_concepts].

    Mes coordonnées sont assez faciles à trouver [http://www.projetsdedalus.net/carnets/a-propos/], je vous invite à m’écrire directement avec vos questions ou commentaires pour que je comprenne mieux ce que vous cherchez.

    Au plaisir!

    C.-A.

Laisser un commentaire