Archive pour août 2009

Les concepts historiques!

22 août 2009

Ai lu ce matin dans le journal : « Il fait partie de la petite bourgeoisie prolétaire. »

Pour l’amour de Dieu!!! Après, on nous rabat les oreilles sur l’imbécillité des jeunes qui ne connaissent pas la date de la Confédération canadienne! Que dire ce de celui qui peut confondre bourgeoisie et prolétariat!?! Quelle erreur est la plus dramatique? Celui de ne pas connaître une date ou celui de ne pas être en mesure de maîtriser des concepts de base?

Merdre!


Paulo Freire, le pédagogue de la liberté

19 août 2009

Paulo_Freire.jpg« Personne n’éduque autrui, personne ne s’éduque seul, les hommes s’éduquent ensemble par l’intermédiaire du monde. » (Paulo Freire, 1969)

Peu de pédagogues auront fait couler plus d’encre au cours de la deuxième moitié du XXe siècle que l’éducateur brésilien Paulo Freire. À tout seigneur, tout honneur, Freire avait tout pour déranger les bien-pensants (et les non-pensants) du domaine de l’éducation.

Freire a découvert le métier d’enseignant dans un contexte bien particulier, un contexte qui allait marquer ses pratiques enseignantes et ses réflexions sur la pédagogie. Après un détour par le droit, Freire s’est en effet lancé dans l’enseignement alors que la question de l’alphabétisation des paysans du Brésil se posait cruellement. Au cours de ses travaux, il prend rapidement conscience que l’éducation de quelque discipline que ce soit a toujours une fonction ou une série de finalités. C’est dans cette optique que Freire a choisi de faire, à travers ses programmes d’alphabétisation des paysans, une pédagogie de la libération.

Une pédagogie d’émancipation

En 1964, Freire publie son premier livre de pédagogie, L’Éducation comme pratique de la liberté. Accessoirement, c’est aussi en 1964 qu’il sera emprisonné — et finalement déporté — comme subversif par les militaires du général Onganía porté au pouvoir lors d’un coup d’État sanglant. Dans ce livre, il affirme pour la première fois que toutes les pratiques éducatives ne sont pas égales sur le plan de l’émancipation. Il soutient en effet qu’il existe des façons d’enseigner qui perpétuent une forme d’aliénation alors que d’autres favorisent une réelle émancipation. Les programmes d’alphabétisation qu’il met en place à cette époque attaquent ainsi l’enseignement de l’écriture dans une option de libération. À partir de la réalité des apprenants, il cherche non seulement à donner un sens à ce qui les entoure (favelas, propriétaires, etc.) mais à leur donner un certain pouvoir leur vie et leur devenir.

Avec la publication de son œuvre maîtresse, La Pédagogie des opprimés (1969), Freire va beaucoup plus loin. Il attaque de front ce qu’il appelle l’éducation « bancaire » dans laquelle l’apprenant est considéré comme un récipient vide que l’enseignant doit remplir. Cette conception de l’enseignement implique qu’il existerait un savoir objectif (prédéterminé par un programme de formation… apolitique) et que l’enseignant devrait se borner à le livrer à l’étudiant. Une fois l’enseignement réalisé, l’étudiant devra quant à lui remettre ce « dépôt » tel qu’il lui a été présenté question d’être à même de le comparer à un savoir étalon.

Freire avance pour sa part que l’éducation doit d’abord et avant servir la liberté des apprenants. Il est donc non seulement impératif de guider l’étudiant en fonction de ce qu’il connaît déjà, mais aussi de lui permettre de mieux comprendre sa réalité, le monde dans lequel il vit et de savoir y intervenir. L’éducation doit donc être critique et émancipatrice. Dans un tel contexte, l’enseignant ne peut être considéré comme un fonctionnaire de l’éducation ou un technicien de la pédagogie. Il doit savoir quelles fins le système dans lequel il évolue sert et s’y positionner. L’enseignant ne peut en être un agent passif. Il doit ni plus ni moins qu’accepter son rôle politique, rôle qui lui est dévolu qu’il l’admette ou non.

De même, il remet en question la dichotomie maître/élèves. En ce sens, il soutient que même si les enseignants et les étudiants ne se retrouvent pas sur un pied d’égalité dans les systèmes éducatifs, l’autorité de l’enseignant ne doit jamais devenir autoritaire. Cette idée d’une forme de partage du pouvoir au sein d’une classe est sans doute l’essai le plus accompli d’insérer une démocratie réelle dans l’école. Il faut bien comprendre ici que Freire affirme que l’école ne doit pas simplement enseigner la démocratie, mais doit la pratiquer le plus fidèlement possible, et ce, autant dans les relations entre les enseignants et leurs étudiants que dans la relation entre le ministère et les établissements ou dans la relation entre les directions et les enseignants. Ainsi, les pratiques enseignantes même deviennent des objets d’apprentissage.

C’est dans cette optique que des pédagogues, des universitaires, des travailleurs sociaux et — dans le cas de la mission des capucins de Hull, par exemple — même des prêtres se sont inspirés de ses écrits pour élaborer des activités pédagogiques qui, au-delà de l’enseignement de contenus ou de savoirs, permettaient une compréhension nouvelle de leur réalité et leur donnaient un pouvoir d’y intervenir.

Sur le plan de la remise en question des relations de pouvoir qui existent au sein des systèmes scolaires et du rôle que doit jouer l’enseignant critique dans un tel système, nul n’est allé plus loin que Freire. La question qu’il soulève est donc celle de s’assurer que nous sommes bien l’enseignant qui participe à l’émancipation de nos étudiants.


Pour en savoir plus :


Au sujet des droits d’auteur…

6 août 2009

Dans une conférence récente, le philosophe marxiste Slavoj Žižek, s’est permis de rapidement traiter de l’actuel débat au sujet des droits d’auteur. Il y mentionne entre autres que :

What is all the struggle for Intellectual property if not an attempt to deprive us of the symbolic substance of our lives? (Žižek, 2009)

Cela dit, pour bien comprendre ce qui est en jeu dans tous les palabres actuels au sujet des droits d’auteurs, il est impératif de se rappeler l’histoire même de la naissance et de l’évolution de ces droits au cours des deux derniers siècles. On prend rapidement conscience que même à ses tout débuts, l’idée du droit d’auteur cherchait à créer un équilibre équitable entre les droits de l’auteur et ceux de la communauté qui héberge celui-ci… Étonnamment, l’agent, l’éditeur, le producteur, ou quelque autre forme de «propriétaire» de droits d’auteur n’entrait tout simplement en ligne de compte. Bien entendu, entre les 14 années de droits exclusifs initiaux, ce que demandaient les auteurs eux-mêmes (Mark Twain a été un très grand militant de l’octroi de droits d’auteur plus complets) et ce qui existe aujourd’hui au Canada et aux États-Unis, il existe une marge qui, si elle est particulièrement impressionnante, demeure relativement simple à expliquer. L’importance jadis accordée aux droits collectifs, aux droits de la communauté a été complètement revue au cours du XXe siècle. Ce réaménagement de l’équilibre entre droits individuels et droits collectifs a bien entendu aussi eu un impact majeur sur la nation même de droits d’auteur. Ainsi, l’équilibre entre les droits du «propriétaire» de droits d’auteur (parce qu’il s’agit rarement de l’auteur lui-même) et les droits de la communauté a été complètement revu.

En ce sens, l’exemple «Mickey Mouse» est particulièrement éloquent.

Most famously, the Disney Corporation copyrighted Mickey Mouse in 1928 and renewed the copyright until 1984 [à l'époque, il était impératif d'entreprendre une démarche pour renouveler les droits d'auteur sur une oeuvre]. But the 1976 law gave him another nineteen years of copyright life (to 2003). Thanks to the Copyright Term Extension Act, Mickey can lounge profiably under the Disney umbrella for another twenty years (until 2023). (Cohen & Rosenzweig, 2006)

Ainsi, Mickey Mouse aura été protégé pendant près de 100 ans (et ce, même si Walt lui-même est décédé en 1947).

L’année dernière, la très bonne émission radiophonique de la CBC, Ideas, faisait un reportage complet d’une heure sur le thème de la propriété intellectuelle. Cette émission que je ne saurais trop recommander met en lumière cette histoire étrange de la propriété des idées.

[The] slow expansion of the laws of intellectual property through the 20th century, and more recently the emergence of new digital technologies, the Internet in particular, have upset the delicate balance between the rights of creators and the rights of the public. Copyright law has been changed, again and again, in what many perceive as an expansion of the rights and control of the emerging « content industries. » Copyright law today covers more kinds of expression, lasts considerably longer, and comes with considerably more stringent enforcement than it has in the past.

De même, le bibliothécaire Olivier Charbonneau publiait aujourd’hui un article fort intéressant dans Le Devoir. Il rappelle entre autres que :

aux États-Unis, le «fair use» permet beaucoup plus que sa version canadienne. Sa définition est ouverte puisque les fins de «fair use» ne sont pas toutes énumérées. Entre autres exemples, les créateurs ont droit à la satire, les enseignants ont le droit de montrer des films en classe, et ce, sans devoir obtenir une permission. Ces usages sont actuellement proscrits selon la logique actuelle de l’utilisation équitable au Canada. Le Canada devrait adopter une définition «ouverte» de l’utilisation équitable comme celle des États-Unis, incorporer les contraintes imposées à celle-ci par la Cour suprême en 2004 dans l’arrêt CCH et assister les institutions du pays à adopter des politiques qui définissent l’utilisation équitable pour le contexte précis de leurs communautés. (Charbonneau, 2009)

Cette idée du «fair use» ou de l’utilisation équitable semble être un strict minimum. En ce sens, les historiens Cohen et Rosenzweig (2009) appelaient à une utilisation de plus en plus militante du «fair use» de crainte de le voir réduire à sa plus simple expression ou même de crainte de perdre des oeuvres dont les propriétaires qui bien qu’ils ne voient pas l’intérêt de les rééditer (par manque d’intérêt des consommateurs potentiels) se refusent catégoriquement à les remettre dans le domaine public. Ces historiens croient qu’il est plus que probable que les règles actuelles et la philosophie même du droit d’auteur et de la propriété intellectuelle risquent d’avoir des conséquences importantes sur la pérennité de certaines oeuvres ou de certaines idées.

En ce sens, il semble impératif de réévaluer ce que nous entendus par les droits de l’auteur et de revoir de fond en comble les assises mêmes de la «propriété intellectuelle».

Sources :
CBC Radio | Ideas | Features | Who Owns Ideas?
Olivier Charbonneau (2009). Pour une réforme équitable du droit d’auteur, LeDevoir, 2009-08-06.
Daniel J. Cohen & Roy Rosenzweig (2006). Digital History, University of Pennsylvania Press, 316 pages.
Slavoj Žižek, What does it mean to be a revolutionary today? Marxism 2009.


Sources d’inspiration pour un futur Groupe québécois d’éducation nouvelle

6 août 2009

Organismes

Recherches et chercheurs


David Harvey traite de la crise économique

5 août 2009

J’ai déjà parlé ailleurs de l’économiste David Harvey. Il s’agit d’un de nos grands penseurs actuels qui méritent d’être entendu. Il est particulièrement étonnant de se rendre compte à quel point les idées de ces penseurs qui remettent en question le système actuel de distribution des biens (parce que l’économie peut, ce me semble, se résumer à quelque comme la façon de faire en sorte que ceux qui ne cultivent les terres puissent avoir de quoi se nourrir) demeurent ignorées par les médias et les politiques. Il nous faut absolument et résolument rendre ces idées de plus en plus « mainstream », il faut les partager, les répéter pour qu’il soit dorénavant possible de penser de façon réellement holistiquement à des solutions aux problèmes économiques et sociaux auxquels nous devons faire face.

Au sujet de la crise actuelle de l’économie qui, malgré le fait que M. Stockwell Day, du haut de sa chaire ministérielle, déclare qu’elle soit terminée, continue de miner l’emploi dans toutes les régions du Canada et des États-Unis, David Harvey écrivait déjà en 2005 que :

The upper classes, insisting on the sacrosanct nature of their rights, preferred to crash the system rather than surrender any of their privileges and power. In so doing they were not oblivious of their own interest, for if they position themselves aright they can, like good bankruptcy lawyers, profit from a collapse while the rest of us are caught most horribly in the deluge. A few of them may get caught and end up jumping out of Wall Street windows, but that is not the norm, the only fear they have is of political movement that threaten them with expropriation or revolutionary violence. While the can hope that the sophisticated military apparatus they now possess (thanks to the military industrial complex) will protect their wealth and power, the failure of that apparatus to easily pacify Iraq on the ground should give them pause. (Harvey, 2005) [je souligne]

Le 5 juillet dernier, M. Harvey faisait une présentation lors du très bon « festival » Marxism 2009. La technologie nous permet d’y assister :

Source :

David Harvey, A Brief History of Neoliberalism, Oxford, Oxford University Press, 2007 (2005), page 153.


Les peintures ruprestres du lac Mazinaw

4 août 2009


Peu de gens le savent semble-t-il, mais il existe dans la région de l’Outaouais et de l’Est ontarien des oeuvres d’art qui sont hors du commun. Alors que plusieurs croient que les peintures rupestres ne sont le lot que des Lascaux et autres cavernes d’Europe, il existe bel et bien des exemples extraordinaires de ces peintures de la préhistoire dans la région immédiate de la rivière des Outaouais.

Étonnamment, peu de recherches — et encore moins de publications — rendent compte de ces merveilles de notre préhistoire. Or, à quelques heures de route d’Ottawa, il est possible d’admirer deux des plus importants sites de peintures rupestres de l’Amérique du Nord! Le rocher du Lac Mazinaw à lui seul compterait quelque 295 peintures.

Ainsi, outre le rocher du Lac Mazinaw dans l’Est ontarien, à quelque 50 km au nord de Napanee, l’Outaouais offre aussi le magnifique Rocher à l’Oiseau qui se situe à l’endroit où la Rivière des Outaouais est la plus profonde.

Il semble que ces endroits où la paroi rocheuse, les profondeurs aquatiques (le lac Mazinaw est parmi les plus profonds de l’Ontario) et les cieux se rencontraient étaient des endroits idéals pour raconter en images la vie et les croyances de ces artistes de notre préhistoire.

Malheureusement, l’ocre rouge dont sont faites ces peintures magnifiques est un minéral. Il est donc particulièrement difficile de dater avec précision ces oeuvres. Cela dit, plusieurs chercheurs au cours des dernières années ont laissé entendre que ces peintures de la vallée de l’Outaouais pouvaient avoir 400 ans. Ces peintures datent vraisemblablement d’avant l’arrivée des Blancs dans cette région.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, il est possible de visiter ces oeuvres de notre préhistoire sans autre forme de formalité que celle de se charger d’un canot ou d’un kayak… ce que je me suis permis de faire à deux reprises au cours des dernières années.


quelques liens d’intérêts :


Francis Jeanson (1922-2009)

3 août 2009

Le philosophe Francis Jeanson, fondateur d’un réseau de soutien au FLN pendant la guerre d’Algérie (réseau dit des « porteurs de valise »), est mort à 87 ans, samedi soir près de Bordeaux, a-t-on appris auprès de sa famille. Auteur de nombreux ouvrages notamment sur Jean-Paul Sartre dont il était très proche, collaborateur de la revue Les Temps modernes, Francis Jeanson est mort à la Clinique d’Arès, à 45 km de Bordeaux, a précisé son fils Olivier. (AFP)

On apprenait aujourd’hui le décès du philosophe Francis Jeanson. Le très bon Richard Seymour écrivait à son sujet un article particulièrement intéressant. Je vous invite à y jeter un oeil.

More important than any of this, though, Jeanson was one of the few in the French left who took an early and consistent stance against the French empire in Algeria. His sympathy for anticolonial struggle was evident in his preface to the first edition of Frantz Fanon’s Black Skin, White Masks. But having visited Algeria in 1948, three years after the repression of the Setif uprising (during which the communist faily L’Humanite had described the insurgents as ‘Hitlerite killers’), he set up what became known as the Jeanson Network, an alliance of leftists and avant garde intellectuals supporting self-determination for Algeria. The book Jeanson co-wrote with his wife Colette Jeanson about the FLN’s rebellion, based on their visits to Algeria, explicitly took the side of the rebels, and would provide Sartre with the ammunition to denounce the pitiless colonial system, particularly those who favoured a ‘good’ colonialism and who worried about ‘abandoning’ Algeria. The Network didn’t just passively support the uprising: it funnelled money and documents to the Front de Libération Nationale (FLN) after the group’s formation in 1954, and was important in winning thargument in the left for solidarity with the anticolonial movement. (Lenin’s Tomb, 2009-08-03)

Je suis assez attristé d’apprendre que ce grand homme vient de nous quitter… je le suis encore plus de découvrir aujourd’hui seulement son existence! Je commence sérieusement à désespérer que voir tous ces hommes courageux et ses femmes courageuses nous quitter sans véritablement être remplacé. Ce n’est sûrement pas les Bock-Côté de ce monde qui auront le courage d’analyser l’injustice, de la dénoncer et de réellement agir pour y remédier! Et ceux et celles qui ont la capacité d’analyse nécessaire à cette forme d’action… trop souvent, ce me semble, se taisent ou écrivent seulement dans des journaux que personne ne lit…

Sources :

AFP: Décès du philosophe Francis Jeanson, créateur d’un réseau de soutien au FLN
LENIN’S TOMB: Francis Jeanson RIP


Far right launch campaign of violence and intimidation against opponents

3 août 2009

Dans le Guardian d’aujourd’hui, on apprend qu’un groupe d’extrême droite britannique vient de se lancer dans un assaut spectaculaire contre des militants anti-BNP. Pour mémoire, rappelons que le British National Party a réussi à faire élire plusieurs députés lors du dernier scrutin pour la députation britannique au Parlement européen. Nous étions en droit d’être inquiets lors de cette étrange élection, mais dorénavant, il n’est plus permis de douter : les fascistes et l’extrême droite entendent profiter de la place qui lui est offerte pour reprendre le poil de la bête qu’elle a perdu en Europe de l’Ouest.

Far-right activists have launched a campaign of intimidation and violence against political opponents including a series of death threats and physical attacks. Hardline fascists are targeting students and leading anti-racism activists who campaigned against the British National party in June’s European elections.

A group calling itself the Aryan Martyrs’ Brigade has issued threats including a « death warrant » sent to Weyman Bennett, the joint secretary of Unite Against Fascism, stating he will be killed before the end of the year « for crimes against all loyal white patriots and British nationalists ».

The threat, which the police are investigating and has a picture of Bennett in cross hairs, states: « We know exactly what you look like and what venues you frequent and can strike at will. The police, special branch, MI5, Searchlight cannot save you from the bullets coming your way. No matter where you are, we will get you, all we need is a lock on your mobile phone signal and you are one dead nigger. » (Taylor, 2009)

À ce titre, ajoutons que Le Monde diplomatique du mois de juillet publiait un très bon article sur la place qu’occupe l’extrême droite sur l’échiquier politique autrichien. L’histoire des crimes fascistes y semble très mal étudiée ce que permet à terme que certaines idées xénophobes de l’extrême droite puissent même se retrouver dans les plateformes de parti plutôt centristes.

À ce titre, nous y apprenions non seulement que :

Le 9 mai 2009, des néonazis autrichiens ont attaqué des survivants de Mauthausen, lors de la journée annuelle de commémoration de la libération de ce camp, le plus important d’Autriche.

mais, plus affreusement que :

Sur la place centrale de la capitale de la Carinthie [le samedi 18 octobre 2008], vingt-cinq mille personnes venues de tout le pays attendent en silence le transfert de la dépouille du dirigeant de l’extrême droite autrichienne et gouverneur de la région, Jörg Haider, mort quelques jours plus tôt dans un accident automobile. [...] Au premier rang, aucun des hommes politiques autrichiens ne manque à l’appel. Parmi eux, M. Heinz Fischer, président de la République et membre du Parti social-démocrate autrichien (SPÖ), le chancelier Alfred Gusenbauer (SPÖ), tous les ministres du gouvernement, ainsi que les dirigeants de tous les partis. « De véritables funérailles nationales », admet M. Gusenbauer [...] Et tout cela pour un homme qui [...] à l’occasion d’un rassemblement, à Krumpendorf, le 30 septembre 1995, exprima son admiration pour les vétérans des Waffen-SS, « ces hommes intègres, restés fidèles jusqu’à aujourd’hui à leurs convictions, malgré les vents contraires » (Daum, 2009). [je souligne]

Un travail monumental sera à faire pour lutter contre cette nouvelle poussée de l’acné fasciste.


Sources :

Taylor (2009). Far right launch campaign of violence and intimidation against opponents | World news | guardian.co.uk
Daum (2009). En Autriche, l’amer bilan des années Haider, Le Monde diplomatique