Archive pour juin 2012

Les arrestations préventives ont-elles leur raison d’être?

10 juin 2012

201105

Petite vidéo de la manif du 2 juin 2012 (Montréal)

3 juin 2012

On va se mettre en opposition carrée au pouvoir !

1 juin 2012

« La jeunesse a l’œil fixé sur la justice, sur l’amour, sur la liberté, sur la joie de créer, mais le pouvoir, lui, ne songe, plus qu’à organiser la force et la répression. Ayant constitué sa puissance, il s’explique de plus en plus comme un pouvoir et de moins en moins comme le siège par excellence de la vie sociale, culturelle et politique, de la vie démocratique, culturelle et politique, de la vie démocratique qu’on devrait trouver chez un peuple libre. Ses réactions sont caractéristiques : il organise la police comme il ne l’a jamais fait, il dénonce et traque les vrais opposants, il intimide et traque les gens pour leurs opinions, il espionne comme il n’a jamais espionné, il viole les domiciles et la vie privée des citoyens qu.il n’aime pas, il tient des fiches et des dossiers sur tous les citoyens qui ont l’air de ne pas être d’accord avec lui, il tente de réduire à sa merci les départements de sciences humaines un peu partout, il s’en prend aux non conformistes et s’inquiète de leur coiffure et de leur accoutrement, il invite à la délation et il récompense, il érige le plus rapidement possible le mur de la richesse et ses politiques laissent dehors les milliers et les milliers de malheureux que le système des accapareurs exploite et perd définitivement chaque année. Il combine et il vole ; il se donne aux nuées d’affairistes et de parasites qui encombrent ce bordel de la finance ou ce tripot pour parvenus que constitue la société cupide qu’il entretient. Tout cela s’appelle la renaissance du pouvoir réactionnaire, le silence généralisé des comparses, l’isolement de la jeunesse dans son idéal et dans sa révolte. C’est là ce qui se passe actuellement. Rien que cela ». (1er mai 1969). Quand même que la presse au complet nous dirait que nous devons collaborer avec les institutions établies et avec les gouvernements établis, nous leur disons que nous ne serons pas complices de leurs turpitudes. Nous ne voulons collaborer en aucune circonstance ! On va se mettre en opposition carrée au pouvoir ! On va aider tous ceux qui veulent protester, contester, et faire la révolution ! (1970)

 

– Michel Chartrand, 1970.