Archive pour le ‘Non classé’ catégorie

Les politiques comme de simples gestionnaires des «affaires» publiques

5 avril 2014

Le choix de Valls en France et l’accent mis sur la saine gestion dans la présente campagne électorale au Québec montrent bien à quel point les attentes en lien avec les capacités de gestionnaires de nos politiciens ont pris le dessus sur à peu près tout autre impératif. En effet, alors que la logique voudrait que le choix d’un gouvernement soit un choix idéologique fait en fonction d’idées, d’une vision de la société à construire, le choix semble se faire de plus en plus en fonction des compétences d’administrateur des politiciens. Or, pour gérer l’État, les politiciens ne pourraient-ils pas profiter des services d’administrateurs professionnels (sous-ministres, fonctionnaires, etc.)? Si les politiciens se réduisent à de simples gestionnaires et ne présentent plus aucune vision du monde à créer et que les fonctionnaires (par définition) ne peuvent pas non plus jouer ce rôle, qui gouverne vraiment?


À ce sujet, et au sujet de cette logique de l’administration, voici un extrait d’intérêt du Monde de ce matin :

Conformément aux préceptes de la gouvernance entrepreneuriale, seule l’efficacité distingue l’excellent manager. Quant à son évaluation, elle est affaire de benchmarking, soit d’une comparaison des performances de chacun à l’aune d’un panel de résultats chiffrés. Dans le champ politique, les chiffres incluent la cote de popularité, le volume des investissements étrangers et le taux d’intérêt de la dette publique. En outre, pour motiver les hommes, le benchmarking suppose l’identification d’un exécutant modèle. Ainsi l’alliage du coup de menton « vallsien » et de la marinière « montebourgeoise » a-t-il été formé pour faire concurrence au manager du mois – le fringant Matteo Renzi, le premier ministre de la Péninsule qui promet de rendre la confiance aux Italiens sans perdre celle des investisseurs. Manuel Valls et son acolyte seront-ils à la hauteur de la tâche ? Seront-ils capables, au bout du compte, de damer le pion à l’équipe sélectionnée par l’UMP ? Il est permis d’en douter.



 


Quelle gauche Manuel Valls incarne-t-il ?
Philosophe, président de l’association Cette France-là Michel Feher
Le Monde
avr. 5 2014

L’état d’esprit de François Hollande au soir du second tour des élections municipales, c’est Alain Juppé qui l’exprimait le mieux. Si les électeurs ont infligé une déroute à la majorité présidentielle, expliquait l’ancien premier ministre, « [ce] n’est…lisez plus…

Étiquettes Tech:

Entre le 1978 et 2015, le nombre d’heures à travailler pour payer ses frais de scolarité

3 mars 2012

Il est particulièrement intéressant de découvrir qu’alors que le gouvernement soutient que les étudiants doivent payer leur juste part, le nombre d’heures qu’ils doivent travailler afin de couvrir les frais de scolarité liés à leurs études n’a cessé de croître depuis 1978.

C’est entre autres ce que nous apprend un document de l’IRIS publié en mai 2011.

Michel Chartrand, un chrétien humaniste (1968)

18 avril 2010

Revolution makes the sunshine

8 avril 2010

Je teste l’insertion d’une «vague» dans wordpress

26 novembre 2009

Petit test particulièrement sympathique! Je confirme cependant, pour voir, il faut nécessairement être dans la vague. Si vous voulez que je vous y insère, laissez-le-moi savoir.

J’aime beaucoup l’idée que l’on puisse ensuite modifier la vague à même le blogue!

[wave id="googlewave.com!w+yDHH93YwA" bgcolor="#ffffff" color="#000000" font="sherif" font_size="10" width="80%"]

Je viens de découvrir qu’il est possible de rendre une vague publique. En fait, la vague sera vue par toutes celles et tous ceux qui ont un compte googlewave. Cette possibilité pourra être particulièrement utile dans le futur. Il suffit d’imaginer justement l’insertion d’un vague dans un blogue. La vague publique pourra donc être lue et modifiée par toutes et tous. On pourra donc aisément inviter une communauté à participer à une vague sans nécessairement les inviter un à un. Je trouve cette possibilité particulièrement intéressante. En fait, la vague sera plus qu’un simple wiki en ce sens qu’elle sera ensuite automatiquement insérée dans l’interface wave de quiconque y contribue.

Me reste à découvrir s’il est possible, une fois qu’une vague a été rendue publique, d’en limiter l’accès à nouveau.

Hum!